Stagiaire pour son école d’ingénieur agronome, Nathan s’investit pour l’agnel !

Services civiques, bénévoles… il existe de nombreuses façons de s’impliquer pour l’agnel ! Aujourd’hui c’est au tour de Nathan, stagiaire à la boutique pour tout l’été, de nous parler de ses motivations.

Peux-tu nous rappeler un peu ton parcours ?

 « Et bien à la base je suis rouennais : je suis allé au lycée Corneille à Rouen, j’ai passé un bac S et j’y ai ensuite fait deux ans de classe préparatoire BCPST. A la fin, j’ai passé un concours et j’ai intégré l’école d’ingénieur agronome AgroParisTech. La première année est assez généraliste et on a une pré spécialisation en 2ème année. J’ai choisi « Productions animales et végétales » parce que j’étais et je suis toujours très intéressé par les problématiques agricoles actuelles. »

Et donc tu as des stages à réaliser au cours de ta formation ?

« Oui : un stage d’un mois en exploitation agricole en première année pour se familiariser avec le milieu, un de deux mois en deuxième année avec une thématique libre qui peut se faire en entreprise, association, ONG ou en exploitation agricole. On a également le stage de fin d’études qui dure six mois et dont la nature dépend de la spécialisation que l’on choisit. On peut aussi prendre une année de césure entre la 2ème et la 3ème année pour faire deux stages de 6 mois, à l’étranger ou non. »

Pourquoi as-tu choisi de faire ton stage pour la monnaie locale de Rouen?

 « Je connaissais un peu le principe de la monnaie locale grâce à mes lectures personnelles et au film « Demain » et je trouvais qu’il s’agissait d’une excellente initiative : je voulais en savoir un peu plus. Un jour, alors que je passais le week-end chez mes parents qui habitent sur le plateau, à Mont Saint Aignan, ils m’ont appris qu’une monnaie locale venait d’être lancée à Rouen. C’était pour moi l’occasion de faire d’une pierre deux coups : je pouvais réaliser mon stage dans un domaine qui m’intéressait, l’économie sociale et solidaire, et je pouvais aussi m’investir dans ma ville en aidant à promouvoir un système économique alternatif et complémentaire. »

Que t’apporte ce stage ?

 « Déjà, cela me permet de me familiariser avec le milieu associatif, auquel on n’est pas habitués à l’école d’ingé où majoritairement les stages se font en entreprise. Ensuite cela me permet d’aller à la rencontre des acteurs du développement local et de voir comment structurer les filières courtes. Ce sera aussi l’occasion de mobiliser un peu tout ce que j’ai appris en école d’ingénieur et d’anticiper sur mes stages de césure, durant lesquels j’aurai à travailler sur des thématiques similaires.

C’est aussi l’occasion de voir que nous pouvons tous agir, à notre échelle. »

Recent Posts